sage-femme

Nouvelle Vie

horizon.jpg

Plus le temps passe et plus on sait ce que l'on veut (ou ne veut pas) dans sa vie personnelle et professionnelle, à priori.

Pour ma part il fut un temps (qui n'a certes pas duré longtemps...) où la sensation "d'être une bonne sage-femme" c'était :
Après une garde blindée (en we de nuit de préférence) , seule sage-femme à gérer la salle de naissance. Être restée sans pleurer de la nuit après être allée au bloc pour l'HRP qui déboule en se tenant le ventre suite à une hypertonie pendant que les 4 salles d'accouchement sont remplies par des patientes sur le point d'accoucher (peut y être ajouté : avec des anomalies de rythme salle 1, un macrosome salle 2, un utérus cicatriciel salle 3 et une primi qui déguste sa dystocie de démarrage salle 4).
En plus de cela, avoir "rentré" 4 autres patientes pour début de travail qui évoluent tous plus ou moins vite avec très rapidement des problèmes de gestion des salles, mais bon, on sait jongler quand on est sage-femme (Shiva tu connais ?)
Ne pas avoir mangé, bu, pissé, pleuré pendant plus de 12h mais rendre tous les dossiers au carré, complets, toutes les patientes "bilantées"  et les parto tout nickel ben ça en jette quand la relève arrive (et fait un peu la gueule parceque il en reste 4 à accoucher quand même)..... Que les accouchements se sont faits sans forceps/ventouse (même le 4,5kg là, bim), sans avoir coupé des périnées, en ayant fait des toutes belles sutures dont on est fière (quel surjet intradermique, youpiyou) et en ayant pas trop degueulassé les salles (ça c'est pour la collègue AS que j'aime bien)
Et que toutes les patientes sont vivantes et assez satisfaites alors qu'on a  juste l'impression d'avoir eu le temps de passer 4x5min avec elles (eux, les couples)...
Alors, précision, pour les SF des hosto à 4000 accouchements et des brouettes, la gestion (oui la gestion, à ce niveau ce n'est malheureusement quasi que cela...)  du nombre de patientes par jour/nuit est biiiien plus élevée qu'ici, je sais. Mais la sensation est bien différente lorsqu'on est la seule SF de tout l'établissement et pas d'autre collègue SF lorsque ça part en cacahuète. Les nerfs en prennent sacrément pour leur grade.

Bref, ça c'était avant, car oui je ne veux plus trop de ça. Du moins c'est plus forcément ce qui me fait "vibrer"...

Lire la suite

Nouveau départ

Nouveau départ 

Je suis de garde pour la dernière fois dans cette clinique. Ma collègue me transmet le dossier d'une patiente de 18 ans qui attend son premier enfant. Je ne cache pas ma grimace à la vue du partogramme qui montre une stagnation depuis 3h en salle à 3cm, col épais, après la péri....

Elle est là depuis hier et a été déclenchée par gel pour anamnios à 38SA puis passée en salle d'accouchement pour prende le relais au synto. Bon, je parle de stagnation mais le col a un touuuut petit peu bougé d'après ma collègue au dernier examen : elle est à 3,5cm on va dire... Le rythme cardiaque de son bébé commence à nous faire quelques décélérations...

Bref, je ne suis pas très optimiste et je me dis soit c'est idem et ça pue la césar, soit ça a un peu bougé et on va y être pour une grande partie de la nuit, soit c'est magique et elle est à 5cm (?! pourquoi 5cm, je sais pas !).

Lire la suite

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles

Le temps passe ! Très (trop) vite. Moins de temps, moins de billets, moins d'inspiration aussi. Je préfère ne pas écrire que de me forcer...

temps qui passe

Mon passage dans GrosHôpital fut furtif, juste ce qu'il fallait pour que j'ai hâte de retrouver de la physio. J'étais donc en niveau 3, avec un nombre d'accouchements approchant les 4500 par an. J'ai tourné dans les deux services suivants : grossesses pathologiques (22 lits dont 9 lits unité kangourou) et suites de couches pathologiques (22 lits). Autant dire que c'était sport et... épuisant aussi bien physiquement que moralement.

Lire la suite

Le Site Passion Sage-Femme vous remercie de votre visite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site