La tata de coeur

undefined

Mme J. est une primipare de 40 ans enceinte de jumeaux suite à une FIV. C'est une grossesse très précieuse et attendue depuis de longues années.

Mais à 31SA elle vient alors faire un tour chez nous pour MAP (menace d'accouchement prématuré) : protocole classique nous faisons la corticothérapie , une tocolyse etc. Immédiatement je me suis attachée à elle et ses bébés, cela arrive parfois, le feeling est immédiat et on accroche. Hospitalisée chez nous j'ai donc eu l'occasion de beaucoup m'occuper d'elle et de ses jumeaux.

Étant une clinique de niveau 1, nos médecins faisant de la PMA (procréation médicalement assistée) nous avons pas mal de grossesses gémellaires et tardives et nous avons parfois tendance à les mettre sous "cocon" quand ces grossesses sont très précieuses et courent un risque (ici MAP). Après, le but n'est pas de les garder au point qu'il y ai un risque réel qui outrepasse nos compétences de niveau 1 mais nous avons du mal à les faire aller dans les niveaux 2 ou 3 qui ne seront pas dérangés de les voir accoucher à 33SA.... Et nos patientes ne le veulent pas non plus.

Pour revenir à Mme J.,

nous l'avons donc suivie de près, tantôt à la limite du transfert tantôt stabilisée, j'ai vu son ventre grossir et atteindre un terme correct pour qu'elle (son mari) et ses bébés soient prêts à se rencontrer dans des conditions optimales. Entre temps il a fallu passer les baisses de moral et être là pour l'encourager et la rassurer elle et son conjoint au gré des contractions utérines et autres modifications cervicales indésirables. Est ainsi arrivé ce jour ou le feu vert est donné pour que l'accouchement ne soit plus considéré comme prématuré, elle est à un peu plus de 36SA, les contractions se rapprochent et le col est tout juste épais et à 2 doigts larges.

Je suis biensur ravie d'être là ce jour pour l'accompagner lors de ce grand moment que nous avions longuement évoqué. La voie basse se présente bien, ce sont 2 présentations céphaliques et la première tête est déjà bien engagée et sollicite correctement le col. Je la sens tendue car je sais qu'elle appréhende l'accouchement voie basse et qu'elle aurait "préféré" une césarienne malgré toutes nos explications, ainsi j'étais sûre qu'au fond d'elle, la césarienne la rassurerait...

Après un travail plutôt harmonieux, le col a fini par se dilater mais une stagnation de la présentation pendant de longues heures nous a fait déchanter sur la voie basse... Avec une collègue nous avons tenté diverses possibilités : les positions (pas évident avec des jumeaux pour capter le RCF et que la maman se sente bien installée), des manoeuvres dites de "l'obsteopathie" pour que le premier bébé soit bien dans l'axe, puis les gestes purement médicaux (rupture des membranes déjà faite), synto etc. Bref la présentation est en occipito pubienne mais plus d'engagement. Trop haut pour une aide instrumentale, après une longue stagnation, des poussées sans effet et le synto qu'on ne veut plus augmenter et ces bébés (et cette maman) qu'on ne veut pas fatiguer plus, le verdict tombe.... Césarienne.

Je ne mettrai pas ça uniquement sur le compte de l'appréhension de la voie basse mais quand même, j'ai bien senti qu'il y avait un blocage. Nous passons au bloc, ma collègue récupère la première, un peu sonnée de la longueur du travail mais qui récupère très vite, je prend le 2ème qui se porte comme un charme, la maman pleure de joie et réalise que ce sont là les deux bébés qu'elle a attendu depuis tant d'années... Lorsqu'on a suivi de près ces couples on se rend d'autant plus compte de l'enjeux que cela comporte et de l'émotion qui s'y rattache.

Certes cela s'est fini en césarienne mais d'ensuite les voir tous les 4 réunis et en parfaite santé a tout balayé, le bonheur s'ouvre enfin à eux. Je suis revenue travailler 2 jours plus tard, ils ont chargé l'équipe de cadeaux et de remerciements, je me suis assise avec eux un bon bout de temps pour profiter de ces moments de quiétude à voir ces 2 petits bouts dormir paisiblement (ce qui n'etait pas gagné quelques semaines auparavant !) et parler avec les parents des futurs projets. Après les photos et derniers au revoir, nous continuerons à nous donner des nouvelles, et le statut de tata de coeur qui m'a été si gentillement attribué restera bien encré dans le mien !

sage-femme maternite accouchement suivi de grossesse grossesses gemellaires reconnaissance Réflexion

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Lulla 07/08/2011

Nb : dès que je retrouve un ordi promis je refais la mise en page de l'article !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Le Site Passion Sage-Femme vous remercie de votre visite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site