Pas de nouvelles, bonnes nouvelles

Le temps passe ! Très (trop) vite. Moins de temps, moins de billets, moins d'inspiration aussi. Je préfère ne pas écrire que de me forcer...

temps qui passe

Mon passage dans GrosHôpital fut furtif, juste ce qu'il fallait pour que j'ai hâte de retrouver de la physio. J'étais donc en niveau 3, avec un nombre d'accouchements approchant les 4500 par an. J'ai tourné dans les deux services suivants : grossesses pathologiques (22 lits dont 9 lits unité kangourou) et suites de couches pathologiques (22 lits). Autant dire que c'était sport et... épuisant aussi bien physiquement que moralement.

Alors aucun doute que l'on est très vite à jour et calée côté gestion et connaissance des patho, car nos chères patientes ne se contentent pas d'avoir 1 ou 2 patho, mais plutôt de les accumuler sévère ! Soit beaucoup de moments de stress et de coups de bourre vers le bloc... Mais là où j'ai eu une super surprise, c'est côté personnel avec des équipes super soudées, beaucoup d'entraide et une très bonne ambiance.

Bon, un petit exemple de situation que l'on pouvait trouver dans le service : patiente de 12 ans (!), accouchement à domicile à 26SA, équipe du SAMU qui a commencé une réa bébé à domicile, arrivée à l'hôpital : bébé en réa néonath, je récupère la maman, première nuit stable, puis ensuite : début de septicémie, retour au bloc pour curetage, thrombose pelvienne. Et la maman de la jeune fille qui ne veut pas venir avant la fin de la semaine pour ne serait-ce que lui rapporter son traitement pour l'épilepsie ainsi que faire la reconnaissance du bébé (en piteux état). Bref, j'ai halluciné total...

Après une rapide overdose de pathologie, j'ai rapidement trouvé un remplacement longue durée (= plus d'un mois.... oui, car à l'hôpital, toutes les "jeunes" étaient en CDD de 1 mois depuis plus d'un an et demi...) dans une clinique de niveau 1 faisant environ 1200 accouchements par an.

Zouh, fini les grossesses patho et suites de couches, je passe exclusivement en salle d'accouchement.

Et là, a dream comes true : quasi QUE des grossesses physiologiques, une autonomie totale, de beaux accouchements sur le côté (j'ai pas encore eu l'occasion d'avoir des patientes souhaitant accoucher autrement !), une baignoire très utile pour les dystocies de démarrage des primipares. Des gynécos absolument pas dans le délire "déclenchement", c'est donc très rare... Les sièges sans facteurs de risque qui peuvent accoucher voie basse, peu de césariennes. Bref, plus ça va, plus j'adhère (biensur rien n'est jamais parfait, mais bon, il faut se contenter de peu en ces temps difficiles ma bonne dame ! bon, c'est sans compter le salaire de misère, même de nuit).

Forcément, je me suis rappelée que j'attirais le boulot en salle ! donc les rares nuits à 7 accouchements c'était pour ma pomme. J'ai du me remettre rapido dans le bain des sutures périnéales, ben voui, ça faisait longtemps.... Même si je fais mon maximum pour limiter les déchirures, ben y'a des fois, suis pas magicienne.

Enfin voilà, le temps passe, les repères s'installent dans cette nouvelle maternité et me voilà de nouveau à aider des bébés à venir au monde (gouzi gouzi).

sage-femme maternite accouchement naissance

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Le Site Passion Sage-Femme vous remercie de votre visite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site