Don de sang, don de soi

donsang.jpg


Ayant eu une de mes patientes qui avait tout prévu pour que l'on prélève du sang de cordon et un morceau de cordon pour son fils (le papa ayant une maladie génétique) cela m'a donné l'idée d'apporter ici des informations sur le don de sang de cordon : donc attention, rien à voir avec ma patiente pour qui le sang et le cordon étaient destinés pour son fils et ceci en liaison avec une entreprise en Belgique qui s'occupe de ce genre de choses mais je souhaite parler ici du vrai DON de sang de cordon qui est un geste d'aide envers autrui (gratuit). Via le site http://www.sangdecordon.org je vous retransmet les informations :

 

Le sang de cordon, qu'est ce que c'est excatement et qu'en fait-on ?

Le sang circulant dans le cordon ombilical – ou sang placentaire - contient des cellules souches habituellement localisées dans la moelle osseuse qui produisent tout au long de la vie les cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquettes).

Prélevées à la naissance, ces cellules souches, dites « hématopoïétiques », peuvent être administrées par voie intraveineuse à des patients atteints de maladies du sang (leucémies, lymphomes, etc.). Lors de cette transplantation, les cellules souches du sang de cordon vont spontanément se loger dans la moelle osseuse, se multiplier, et régénérer les cellules sanguines du malade.

 

Quel en est l'intérêt thérapeutique ?

La greffe de sang de cordon fonctionne principalement parce que le donneur et le receveur sont deux personnes distinctes (greffe dite « greffe allogénique »). Les cellules du donneur, en se développant dans l’organisme du receveur, sont capables dans certains cas d’éradiquer la maladie maligne du receveur.

A ce jour, plus de 20 000 transplantations de sang de cordon ont été réalisées à travers le monde ces vingt dernières années, pour soigner des leucémies et des lymphomes, des maladies myélo-prolifératives, des maladies génétiques, et des déficiences immunitaires. En France, le nombre de greffe allogénique de sang de cordon a quadruplé entre 2003 et 2008 (source : Agence de la biomédecine, 2009). C’est la raison pour laquelle les banques de sang de cordon se développent rapidement en France et à travers le monde, en complément des registres de donneurs de moelle.

 

Le consentement

La femme enceinte est informée par son obstétricien ou une sage femme de la possibilité d’effectuer un don anonyme et gratuit, en conformité avec le cadre réglementaire français. Un formulaire de consentement lui est présenté dans des conditions permettant une décision libre et éclairée. A tout moment, la donneuse est libre de se rétracter. Dans le cas où la femme enceinte est consentante, elle répond à un questionnaire médical prénatal permettant de vérifier avant la naissance que le prélèvement pourra avoir lieu, et que l’unité pourra entrer dans le circuit de validation du greffon.

 

Comme le don de sang ou de moelle osseuse, le don de sang de cordon est un acte anonyme, altruiste et gratuit.

ANONYMAT :
Le greffon est répertorié dans un registre international contrôlé par France Greffe de Moelle. Toutes les informations relatives au don sont anonymes. Le donneur ne peut donc pas savoir quand le greffon sera utilisé, pour quel patient et avec quel résultat.

ALTRUISME :
Le don est destiné au traitement de tout patient qui le nécessiterait, selon la compatibilité du donneur et du receveur et l’urgence thérapeutique.

GRATUITE :
Aucune rétribution n'est possible pour le donneur ou le préleveur.

 

Comment se déroule le prélèvement et la conservation de celui-ci ?

Le prélèvement de sang de cordon ombilical ne peut être réalisé que dans les maternités partenaires du Réseau Français de Sang Placentaire. Le sang placentaire est collecté juste après la naissance, et avant la délivrance du placenta. Cette collecte n'est pas douloureuse et ne comporte aucun danger, ni pour la maman ni pour l’enfant puisqu'elle ne modifie pas les gestes médicaux de l'accouchement.

On estime actuellement à 70 ml le volume minimal prélevé, susceptible de contenir une dose cellulaire suffisante pour un usage thérapeutique du greffon. Un volume inférieur peut donner lieu, soit à une destruction, soit à un don en vue d’une utilisation scientifique, en conformité avec le consentement de la donneuse.

Le prélèvement réalisé, l’unité de sang de cordon est immédiatement conditionnée puis envoyée dans les 24h à la banque de sang placentaire la plus proche, dans laquelle il sera stocké. Ce délai doit être respecté afin d’optimiser la conservation des cellules et garantir une bonne qualité du greffon. Cette contrainte logistique explique pourquoi les maternités collectrices se concentrent à proximité des banques de sang de cordon ombilical.

Dès réception à la banque de sang de cordon, l’unité de sang placentaire est testée au plan biologique, bactériologique et virologique. Elle est ensuite typée, miniaturisée, et cryogénisée dans de l’azote liquide à une très basse température. Deux mois après l’accouchement, la donneuse doit réaliser un bilan sanguin pour confirmer que le sang de cordon n’est pas contaminé (sécurisation). Le greffon est alors disponible dans les registres nationaux et internationaux.

A savoir : Les unités prélevées ne sont pas toutes validées : seuls 30% d’entre elles seront validées en bout de chaîne. D’après l’Etablissement Français du Sang, 40% des unités prélevées sont refusées à cause d’un volume prélevé trop faible ; 10% en raison d’un nombre insuffisant de cellules souches ; 2% à l’issue du contrôle sérologique révélant des anomalies biologiques ; 4% à la suite d’un contrôle bactériologique positif ; 6% à cause d’incidents techniques, retrait de consentement, etc.

 

Et enfin la transplantation...

  • les greffons de sang de cordon sont immédiatement disponibles en cas de besoin, à la différence du don de moelle pour lequel l’organisation du prélèvement requiert 3 à 4 semaines ;
  • le prélèvement du greffon est indolore pour la mère et l’enfant, avec un risque infectieux quasi nul pour le donneur ;
  • l’incompatibilité tissulaire partielle entre le donneur et le receveur permet une plus grande probabilité de trouver un greffon adapté ;
  • l’incidence et la sévérité de la réaction du greffon contre l’hôte est moindre dans le cas de la greffe de sang de cordon par rapport à la greffe de moelle ;
  • la possibilité de transplanter deux greffons de sang de cordon pour des patients dont le poids est supérieur à 60 kg.

Mais aussi des limites…
La richesse des greffons en cellules souches est souvent relativement faible, et peut entraîner chez le patient adulte un retard de prise de greffe, avec des complications inhérentes aux aplasies prolongées. Les doubles greffes de sang de cordon (transplantation de deux greffons à un seul patient) permettent de surmonter à cette difficulté.

 

Pour plus d'informations : Site du don de sang de cordon ombilical - http://www.sangdecordon.org

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. GRASSET elodie 27/06/2011

bonsoir,
J'aimerais savoir si la futur maman qui a une maladie génétique familiale porteuse mais non atteinte peut transmettre la maladie a travers le don de placenta?
Merci cordialement

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Le Site Passion Sage-Femme vous remercie de votre visite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site