Un ocytocique : le Syntocinon®

Hormone post-hypophysaire (H : hormones systémiques, hormones sexuelles exclues).
Syntocinon® est un ocytocique de synthèse, de constitution et de propriétés pharmacologiques identiques à celles de l'hormone ocytocique post-hypophysaire naturelle. Il augmente la fréquence et l'intensité des contractions utérines.

 
Forme et composition
 
1 ampoule de 1 ml contenant 5 UI d’Oxytocine (DCI)

 

Indications
- Insuffisance des contractions utérines en début ou en cours de travail.
- Chirurgie obstétricale (césarienne, interruption de grossesse…) : pour l’obtention d’une bonne rétraction utérine.
- Atonie utérine consécutive à une hémorragie de la délivrance.


Posologie et mode d’administration
- Si insuffisance des contractions utérines en début ou en cours de travail :
Perfusion IV lente de 5 UI dans 500 ml de Glucosé isotonique.

La vitesse de perfusion doit être strictement contrôlée et adaptée à la réponse utérine donc si possible utiliser une pompe électronique en commençant par un débit de 0,1 à 0,4 ml/min (soit 2 à 8 gouttes/min).

Débit maximum : 2 ml/min (soit 40 gouttes/min).
Si des contractions régulières ne sont pas établies après perfusion de 500 ml (soit 5 UI), la perfusion sera interrompue et rétablie le jour suivant

- Si chirurgie obstétricale :
5 à 10 UI par voie IV lente. Rarement, en cas de césarienne, la voie intramurale peut être utilisée à la dose de 10 à 15 UI

 - Si atonie utérine consécutive à une hémorragie de la délivrance :

5 à 10 UI par voie IM ou 5 UI par voie IV lente.

 * Lors de l'accouchement, il peut être pratiqué ce qu'on appelle la délivrance dirigée : cela consiste en l'injection de 5UI de Syntocinon® lors du dégagement de l'épaule antérieur du bébé lors de l'expulsion. 


Contre-indications

- Hypersensibilité à l’un des composants
- Dystocies
- Fragilité ou distension excessive de l’utérus
- Hypertonie utérine ou souffrance fœtale quand l’accouchement n’est pas imminent
- Troubles cardiovasculaires ou toxémies gravidiques sévères
- Prédisposition à l’embolie amniotique (mort fœtale in utero, hématome rétro placentaire)
- Placenta praevia

 
Effets indésirables

- Hypotension immédiate transitoire avec flush et tachycardie réflexe peut être observée après injection IV rapide.
- Rarement : Nausées, vomissements, troubles du rythme, coagulation intravasculaire disséminées.
- Très rarement : une perfusion trop prolongée peut entraîner un effet antidiurétique qui se manifeste par une intoxication par l’eau transitoire avec céphalées et nausées. Hyponatrémie possible chez le nouveau né.
- Exceptionnellement : possibilité de rash, réaction anaphylactoïde, voir de choc anaphylactique. Surveillance : TA, puls, débit perfusion.

 

Précaution d’emploi
- En cas d’accouchement dirigé, l’injection directe d’IM ou d’IV est formellement déconseillée. Ce médicament doit être administré par perfusion IV et sous contrôle médical très strict. Il est indispensable de monitoriser l'activité de l'utérus et l'état du fœtus, du début à la fin de l'accouchement, pour prévenir une souffrance fœtale ou une hypertonie utérine, réversible à l'arrêt du traitement.
- L'induction pharmacologique du travail par dinoprostone ou oxytocine augmente le risque de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) en post-partum, dans de très rares circonstances. Le risque est augmenté d'autant plus que la femme présente d'autres facteurs de risque de CIVD tels que : 35 ans ou plus, complications pendant la grossesse et âge gestationnel supérieur à 40 semaines. Chez ces femmes, l'oxytocine ou autre alternative thérapeutique, doit être utilisée avec prudence et le praticien doit être alerté par des signes de CIVD (fibrinolyse).

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Le Site Passion Sage-Femme vous remercie de votre visite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×